Questions fréquentes sur l'offre Strike

Strike répond à toutes vos questions relatives à la finance et l'acquisition immobilière

1Est-il possible d’acquérir une propriété avec moins de 20% de fonds propres ?
Oui, en fonction de la capacité financière, il est possible d’apporter moins de 20% de fonds propres. Un apport de seulement 10% peut-être suffisant dans le cas où l'acquéreur apporte des garanties complémentaires à l’établissement prêteur telles que des avoirs de la caisse de pension, du 3ᵉ pilier A, ou des valeurs de rachat de polices d’assurance-vie. Les 10% de fonds propres ne doivent cependant pas provenir du 2ᵉ pilier.
2Suis-je obligé de retirer mon 2ᵉ pilier (caisse de pension) pour acquérir un bien immobilier ?
Si votre capacité financière le permet, il est possible de mettre en garantie votre caisse de pension (la nantir). Dans ce cas, vous n’avez pas à le retirer et cela vous évite de devoir payer l'impôt sur le capital. Cette solution vous permet également de conserver le capital retraite ainsi que les couvertures de risques qui restent intactes.
3Est-il possible de trouver un financement si mes charges sont supérieures à 33% de mon revenu ?
Oui, il est possible de trouver un financement lorsque vos charges sont supérieures à 33% de votre revenu. Pour une même situation financière, tous les établissements ne prennent pas en compte les mêmes paramètres pour le calcul de l’octroi du prêt. Cela peut influencer significativement le ratio charges/revenus. Chaque situation étant unique, nous vous recommandons de faire appel à un expert pour vous conseiller au mieux dans vos démarches.
4Le taux d’intérêt doit-il être le critère principal lors du choix de mon hypothèque ?
Le taux d’intérêt du prêt hypothécaire est très souvent considéré comme le paramètre le plus important dans le choix de l’hypothèque et de l’établissement financier, mais c’est loin d’être le seul. Certains établissements pourront vous prêter plus que d’autres, certains vous permettront d’amortir une plus petite part de l’hypothèque, d’autres encore ne vous pénaliseront pas si vous résiliez de manière anticipée (en cas de revente par exemple). Le taux le plus bas n’est donc pas systématiquement synonyme de la meilleure offre et il convient de bien considérer vos différentes options avant de prendre une décision qui vous lie pour de nombreuses années.
5De quoi est composée une hypothèque ?
Lors d’un achat immobilier, l’acheteur doit apporter des fonds propres à hauteur minimum de 20% de la valeur vénale du bien immobilier. Un financement hypothécaire est constitué de deux rangs : Le premier rang ne peut être accordé que jusqu’au deux tiers de la valeur du bien soit 66.6%. Le 2ᵉ rang correspond à la partie de l’hypothèque dépassant les deux tiers de la valeur du bien. Cette partie est considérée par les établissements financiers comme étant la plus risquée de l’hypothèque, c’est donc celle qui doit être remboursée en priorité.
6Comment l’amortissement du prêt hypothécaire est-il calculé ?
Lors de l’achat d’une résidence principale, le prêt hypothécaire doit être ramené aux deux tiers de la valeur retenue par l’établissement financier en l’espace de 15 ans maximum (et au plus tard à l’âge légal de la retraite). Prenons un exemple : dans le cas d’un bien de CHF 1’000’000, financé avec une hypothèque de CHF 800’000, l’hypothèque de 1er rang serait de CHF 660’000 (1’000’000 x 66%), celle de 2ᵉ rang serait de CHF 140’000 (800’000 - 660’000). En prenant une durée d’amortissement de 15 ans, on obtient un amortissement annuel d’environ CHF 9’333 (140’000 / 15).
7Quelle est la différence entre amortissement direct et indirect et quel est l’impact sur ma fiscalité ?
Avec un amortissement direct, vous remboursez périodiquement une partie de votre prêt hypothécaire, d’un montant défini dans votre contrat. Cela permet de diminuer progressivement les intérêts que vous payez. Avec l'amortissement indirect, vous allez également verser ce même montant, mais sur un 3ᵉ pilier. Le prêteur prendra votre 3ᵉ pilier (bancaire ou assurance) en garantie, puisque les fonds doivent servir à rembourser l’emprunt in fine. Cette solution vous permet d’augmenter votre capital prévoyance, de bénéficier d’avantages fiscaux et, si vous choisissez un 3ᵉ pilier assurance, de pouvoir bénéficier de couvertures de risques complémentaires.
8A quoi correspondent les “frais de notaire” ?
Les frais de notaire désignent généralement les frais d’achat d’un bien immobilier devant être couverts par l’acheteur. Contrairement à ce que son nom indique, l’essentiel de ce montant variable (entre 3% et 5% du prix d’achat selon le canton) n’est pas entièrement destiné au notaire. Il sert en réalité à couvrir les droits d’enregistrement (impôt), l’inscription au registre foncier, les frais divers et la rémunération du notaire.
9Pourquoi les instituts financiers utilisent un taux bien plus élevé que le taux réel pour calculer la tenue des charges ?
Les instituts financiers utilisent un taux plus élevé que la réalité afin de garantir une capacité financière durable même en cas de forte hausse des taux sur le marché. Le taux technique utilisé par les établissements financiers correspond à une moyenne historique élevée, variant entre 4.5% et 5.5% environ selon les établissements financiers. Le taux hypothécaire réel actuel est toutefois bien inférieur.

Vous souhaitez obtenir les conseils d'un expert sur votre situation ou votre projet financier ?

Contactez un conseiller